PLANETE CULTURE's Fan Box

PLANETE CULTURE sur Facebook

Blog d'information générale sur l'actualité au Burkina Faso

samedi 6 mars 2010

Idak revient avec « Zato »


Depuis le vendredi 26 février, les mélomanes burkinabés ont à leur portée le nouvel album d’Idak Bassavé intitulé "Zato", en lielé "notre monde d’aujourd’hui". Désormais coachée par Ablo, l’artiste propose un opus qui touche à plusieurs rythmes du terroir. L’album de dix titres, chanté en français, mooré, bissa, parle de la paix, l’Afrique, l’entente au foyer, l’amour, l’union des Burkinabè, Dieu.
Ce sont Zakaria Mamboué, Sam Etienne Zongo et Seydou Sangaré tous arrangeurs confirmés et Idak elle-même qui ont concocté le produit. Idak a beaucoup d’ambition pour cet album et elle a pris de nombreux contacts à travers le continent pour le promouvoir.

Mariah Bissongo : une voix qui s’impose

Le mercredi 17 février 2010, le Jardin de la musique Reemdogo a servi, à partir de 18 heures, de cadre de lancement de « Boudou », le premier album de l’artiste-musicienne Mariah Bissongo.
C’est désormais officiel. C’est sous forme d’un concert live ce 17 février que Mariah Bisssongo a présenté le premier album de sa carrière à la presse devant sa famille et de nombreux amis venus la soutenir. Intitulé « Boudou », cet opus de 10 titres chantés en Fioula, Français, Mooré et Gulmcema, est un vrai régal. Elle est née dans un environnement favorable à l’expression musicale (fille de l’Empereur Bissongo donc sœur de Bebey). Arrivée deuxième à la SNC 2008, Beni-wendé Mariétou Armelle Ouédraogo, de son vrai nom, a voulu se trouver sa propre voix. Ce n’est jamais évident d’être la fille d’une référence comme l’Empereur. D’ailleurs cette prestation du père dont on ne doute pas de la qualité aurait due être évitée. La jeune carrière de Mariah pourrait en souffrir.
Dotée d’une voix puissante et un timbre vocal assez très agréable, cette multilingue à la scène dans le sang. Cet album de variété permet à la jeune fille de naviguer sur tous les registres pour faire apprécier l’étendue de sa voix et de son talent. Cochée par Télesphor Bationo de Lotus Diffusion, cette choriste de l’orchestre national du Burkina et de la chorale de son église a su garder patience et attendre son heure. En effet, il lui a fallu cinq années de sacrifice pour travailler les différents titres qui composent l’album. Un album bien qui en plus des genres musicaux variés, traite aussi de thèmes très divers. Mariah parle simplement de la vie à travers des sujets sur l’avortement, la famille africaine, de l’amour en Jésus etc. La musique adoucit les mœurs et elle le montre bien avec "La go Djinogo", une chanson très dansante mais traitant de la cruauté de l’avortement. Cet album « Boudou » au-delà de son aspect musical est la matérialisation de l’espoir. Après autant d’années d’attente on peut dire que Mariah, pour son envi de proposer quelque chose de qualitatif, mérite le soutien de tous. Le titre « Vivre » où elle chante "hier petit, demain grand" illustre l’état d’esprit positif de cette artiste. L’habit ne fait pas le moine mais il y contribue a-t-on coutume de dire. Dans ce sens, le staff managérial de Mariah est interpellé sur le look qu’il va falloir lui trouver pour lui donner une particularité. L’album « Boudou » est disponible en CD et en K-7. Une nouvelle ambassadrice de notre musique est née, il faudra lui donner la chance de grandir.
Une erreur est survenue dans ce gadget