PLANETE CULTURE's Fan Box

PLANETE CULTURE sur Facebook

Blog d'information générale sur l'actualité au Burkina Faso

samedi 20 décembre 2008

Lassina Fofana, directeur général de Hera Sira : « Notre particularité, c’est concevoir et réaliser un projet avec le client »
vendredi 19 décembre 2008.


Lassina Fofana L’information circulait depuis quelques semaines parmi les Burkinabè : un ex diplomate burkinabè en France vient de créer une entreprise dont les activités sont orientées vers la diaspora, sa principale cible. Mais excepté certains délégués du Conseil supérieur des Burkinabè de l’étranger (CSBE), on n’en savait pas plus. Fin du mystère, le patron de cette entreprise, dénommée Hera Sira n’est autre que Lassina Fofana, ex Attaché d’ambassade du Burkina à Paris de 1998 à 2006. Militaire de formation, il a profité de son séjour à Paris pour poursuivre des études en comptabilité, en gestion et en management des Petites et moyennes entreprises (PME). A la fin de sa mission, il a préféré prendre une retraite anticipée pour se lancer dans le secteur privé.

Vous avez créé en septembre dernier une société dénommée Hera Sira Burkina. D’abord, que signifie Hera Sira et quel est son objet social ?

Hera Sira signifie tout simplement « Le Chemin du bonheur » en bambara, une langue bien parlée au Burkina et dans plusieurs pays africains. Hera Sira est une entreprise de droit burkinabè avec un capital de 5 millions de F CFA et dont le siège est à Ouagadougou. C’est une société de prestation de services et a pour mission, l’assistance par délégation de la maîtrise d’ouvrage pour les travaux de construction immobilière, l’accompagnement des Burkinabè de l’étranger, des Organisations non gouvernementales (ONG) ou toutes personnes physiques et morales, afin qu’ils réalisent leur projet de développement.

Qu’est-ce qui vous a convaincu de créer Hera Sira, le goût du risque ?

Qui ne risque rien n’a rien, dit-on ! Mais pour être franc avec vos lecteurs, j’ai créé cette société pour une raison simple. J’ai été Attaché d’ambassade du Burkina à Paris et j’ai eu l’occasion de rencontrer de nombreux Burkinabè qui m’ont raconté les difficultés qu’ils rencontrent pour investir au pays. Beaucoup ont été déçus par les parents ou amis à qui ils avaient confié de l’argent soit pour construire une maison, soit pour acheter un bien précis et ça n’a pas été fait. Il y a une vraie crise de confiance entre les Burkinabè de la diaspora et les parents et amis qui sont au pays. Des gens qui ont envoyé de l’argent pour construire leur maison m’ont même montré des photos que les parents leur avaient envoyées pour attester de l’avancement des travaux, voire de la maison terminée, alors qu’en réalité, rien n’avait été fait. Elles découvriront plus tard que l’argent a été utilisé à autre chose et que la maison photographiée appartient au voisin ! Après avoir entendu de pareils témoignages, je me suis alors dit qu’il fallait faire quelque chose pour aider les Burkinabè de l’étranger qui veulent investir de le faire en toute sécurité. La création de Hera Sira répond à ce souci. Désormais, en tant que prestataire de services, Hera Sira se propose de remplacer les parents et amis pour accompagner tous ceux qui veulent investir en toute sécurité. Là, il s’agit d’une entreprise existant légalement et qui peut être poursuivie devant les tribunaux si elle ne respecte pas ses engagements vis à vis du client. Avec un parent ou un ami, vous en conviendrez, le procès est inimaginable !

Concrètement, que pouvez-vous faire pour un Burkinabè de l’étranger qui souhaite acquérir une maison au pays ?

Il faut que les choses soient claires, Hera Sira est une société de prestation de services dans le domaine immobilier, et non une société de promotion immobilière. Nous ne vendons ni parcelles, ni maisons, mais nous pouvons aider quelqu’un à en acquérir. Si on nous demande de trouver une parcelle dans une zone bien déterminée, nous faisons des recherches et si on en trouve, on vérifie que le vendeur est bien le propriétaire de la parcelle et qu’il a le droit de la vendre. Puis, nous négocions le prix et si l’acquéreur est d’accord, il dépose la somme correspondant au prix sur le compte de Hera Sira et nous payons le propriétaire. Bien entendu, nous facturons le travail fait, mais le coût des frais sont calculés en fonction du temps mis à conclure l’affaire. Il ne s’agit en aucun cas de revendre la parcelle avec une plus value ! Pour celui qui dispose d’une parcelle et qui veut faire appel à nos services pour l’aider construire sa maison, les choses sont simples. Nous lui demandons s’il a un plan déjà fait, et s’il n’en a pas, nos ingénieurs et architectes peuvent lui en proposer à un prix qui n’a rien à voir avec ce qui se pratique actuellement. Franchement, à qui fera-t-on croire que la réalisation d’un plan d’une maison de trois pièces vaut 4 à 500 000 FCFA ? Il peut également nous recommander un maçon et s’il n’en a pas, nous en avons de disponibles. Puis, nous évaluons les besoins nécessaires à la construction de la maison. Une fois qu’il a validé son plan, on peut commencer les travaux et nous allons par étape en fonction de ses moyens. S’il dispose par exemple de 500 000 F CFA, on lui fera un travail de 500 000 F CFA après que nous ayons signé un contrat nous autorisant à utiliser la somme déposée sur le compte de la société. Pour une somme supérieure ou égale à 3 millions de F CFA, nous délivrons une caution bancaire, histoire de rassurer le client sur l’utilisation de son argent.

Justement, comment rassurer celui qui est hors du pays quant à l’utilisation rationnelle de ses fonds et au respect des délais de livraison de sa maison ?

Nous avons mis en place un dispositif pour dissiper à ces inquiétudes. Au début des travaux, nous créons ce que nous appelons un comité de gestion, dirigé par un membre de Hera Sira et dans lequel siège obligatoirement un représentant du client et le fournisseur de matériaux. Ce comité se réunit régulièrement pour faire le point sur l’avancement des travaux et rend compte au client. Tous les jours, nos techniciens vont vérifier que rien ne manque, que le matériel est bien livré et bien utilisé. C’est nous qui assurons l’achat de tout le matériel nécessaire à la construction et non le maçon, lequel a d’ailleurs l’obligation d’accepter la présence d’un ouvrier de Hera Sira dans son équipe. La mission du maçon est donc uniquement de construire la maison et nous avons pris l’option de payer ses ouvriers nous-mêmes pour être certains qu’ils seront là du début à la fin des travaux et cette somme sera déduite des frais de prestation du maçon. L’expérience a montré que très fréquemment, les ouvriers cessent de travailler parce qu’ils ne sont pas payés. Or, nous tenons absolument à respecter les délais fixés au client et à part les cas de maladie et de décès, nous ne tolérons pas les absences.

J’insiste sur un point qui me paraît important : si le client veut absolument que ce soit le maçon qui achète le matériel, nous nous retirons du projet, car dans ce cas, nous ne sommes plus en mesure de maîtriser le temps, alors que l’objectif est de réduire au maximum les coûts et pour y parvenir, il faut réduire le temps d’exécution du chantier. En tant qu’économiste d’entreprise, je sais bien qu’on peut réduire les coûts à plusieurs niveaux, c’est pour cela que nous travaillerons avec nos propres fournisseurs et souhaitons avoir la maîtrise du temps. En cas de retard de livraison, nous payons des pénalités. Pour s’assurer de la qualité de l’ouvrage, nos ingénieurs en bâtiments et architectes effectueront régulièrement des contrôles sur le chantier et si besoin, proposeront des corrections à faire. A la différence des autres, avec Hera Sira, c’est le montant qui figure sur la facture du fournisseur que le client payera, et son représentant pourra vérifier auprès du fournisseur.

Y a t-il une garantie après livraison et quelle est la durée ?

Absolument ! Nous sommes, je le répète des prestataires de services. Nous faisons appel à des gens qui sont qualifiées pour faire certains travaux et qui ont un agrément pour exercer leur métier. Néanmoins, dans le contrat que nous signerons avec le maçon, il est prévu que 10% du montant de la somme qu’il réclame pour exécuter le travail soit retenu pour servir de garantie. Trois mois après la livraison de la maison, si le propriétaire ne formule ni objection ni contestation, alors, on remet au maçon les 10% retenus.

Que faire en cas d’accident financier qui surviendrait avant la fin des travaux de construction ?

Il ne se passe rien de préjudiciable ni pour le client ni pour Hera Sira pour la simple raison qu’à chaque fois qu’il nous verse de l’argent, nous signons un contrat avec lui pour faire un travail correspondant cette somme. Si par exemple à la fin des fondations, le client n’a plus de moyens de continuer, eh bien, il réceptionne le travail déjà fait et attend de pouvoir reprendre la suite au moment venu. La société Hera Sira propose des services autres que dans le domaine de l’immobilier ?

Bien sûr ! Etant moi-même un Burkinabè de l’étranger, je connais les services dont la diaspora a besoin. Généreux, beaucoup souhaitent aider leurs parents au pays mais très souvent, l’aide n’arrive pas au destinataire ou n’arrive pas au moment souhaité. Hera Sira est apte à rendre ce genre de services. Vous souhaitez par exemple financer le pèlerinage à la Mecque d’un parent, nous pouvons nous occuper des formalités du voyage : vaccin, établissement du passeport, achat du billet. Bien entendu nous ne sommes pas des organisateurs de voyage, mais en aidant en accomplir les formalités administratives, nous évitons que l’argent envoyé soit détourné comme cela arrive souvent. Très modestement, Hera Sira veut être un intermédiaire crédible entre le Burkina et sa diaspora désireuse d’apporter sa contribution au développement du pays. D’autres pays le font avec succès, pourquoi nous Burkinabè, on ne le ferai pas ?

Chacun garde évidemment ses convictions politiques et idéologiques, mais je pense qu’il y a des choses sur lesquelles on peut s’entendre et travailler ensemble. Il est clair que le logement représente le premier souci de tous ceux qui sont à l’étranger et je suis convaincu que beaucoup de retraités n’hésiteraient pas à s’installer au pays s’ils disposent d’une maison. Hera Sira est aussi à la disposition des ONG et associations de la coopération décentralisée. Combien de fois la générosité des associations du Nord a t-elle été détournée ? Beaucoup de projets n’ont pas abouti parce que tout simplement de pseudo intellectuels se sont mis entre les villageois et leurs amis étrangers pour mieux détourner l’aide envoyée ?

Il existe déjà des agences et sociétés immobilières au Burkina qui proposent des biens immobiliers à la diaspora. En quoi vous mériteriez qu’on vous fasse plus confiance que les autres ?

Nous ne sommes ni une agence, ni une société immobilière, mais une société de prestations de services. Notre particularité, c’est que nous bâtissons un projet avec le client. C’est lui qui propose le plan de sa maison et impose le rythme des travaux selon ses moyens. Notre objectif, c’est de réduire au maximum le coût de la construction en éliminant les intermédiaires et en négociant nous mêmes les prix. A chaque étape du projet, nous signons un contrat et la prochaine étape ne commence qu’après réception de la précédente. Rien n’est fait sans l’approbation du client et il est certain d’obtenir à la fin le produit de ses rêves. Une fois la maison terminée nous pouvons aussi aider, par nos relations à trouver des locataires même si nous ne nous occupons pas de la gérance.

Joachim Vokouma
Lefaso.net


--------------------------------------------------------------------------------

Contacts de Hera Sira :


Bureaux au Burkina :
- 12 BP 425 Ouagadougou 12
Tel : +226 50 47 11 03 / +226 50 37 90 18/ +226 70 30 22 52 ;
Fax : + 226 50 37 18

En France :

19 Avenue du General Pierre Billote, 94 000 Créteil
Tel : + 33 6 24 56 57 45/ +331 77 35 02 67 ;
Fax : +33 1 43 77 72 19

http://www.herasirabf.com

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget

Archives du blog